vigtete03b.jpg
vigtete04a.jpg
lefou.jpg

Au temps des Rois de France et Reines des Rainettes,
au sommet du grand donjon se tient grande fête.
Troupes de troubadours, amuseurs de théatre,
à tour de rôle, dévoilent leur talent.
Puis vient celui de Balthazar, l'enchanteur.
On le connaît pour ses hauts faits d'illusionniste,
capable d'endormir le ménestrel et même le Roi !
Il sait déclencher la foudre au dessus des convives,
souffler le vent, s'ouvrir les fenêtres,
faire rire et subjuguer le monde.
Ou encore, chose rare et fabuleuse,
s' écouler du sable du bout de sa baguette.
Le pas vif, coude relevé, l'œil en coin,
Balthazar la transporte dans le revers de sa cape,
ou quelquefois dans une longue et lourde boîte d'ébène.

Il y tient comme à la prunelle de ses yeux, obéissante

et prompte aux sortilèges. S' il devait la perdre,

il irait se pendre dans le bois. En l'an 1321, il fabrique

lui-même cette baguette pour le jour où il sera introduit

" magicien ". C'est la tradition. Chaque postulant fait ainsi.

Balthazar l'appelle son " fou ".

- " Tant que j' ai mon Fou, j' y voyons clair ! ".

dit-il, comme à l'habitude, tard, encore au comptoir.

En bois de tremble, coupé à l'hiver.

On y voit une tête de fou, au sourire figé,

dont les mains ressortent de l'autre côté.

Âme : galet d' Onyx. Magnétite.