vigtete03b.jpg
vigtete04a.jpg
aldebert-1920.jpg

Comme tout bon alchimiste, Aldebert fond le plomb en or,
cherche la pierre philosophale et décante les potions.
Dans sa quête de magie quantique, le "magicae libris",
le célèbre grimoire hermétique lui ouvre ses pages.

Il habite un profond aven au pied de causses arides.
C'est un large gouffre qui date de l'ère des volcans,
du temps des monstres écaillés, sauriens et dinosaures.
C'est un ouvrage troglodyte qui tient plusieurs étages.

Le grand escalier sans fin aux cent portes dérobées
descend en colimaçon jusqu'à son vaste atelier.
Sur la gauche l'établi aux outils noirs de cambouis,
là au fond, l'ancestrale forge au foyer magmatique.

Aldebert pratique le recueillement et la prière
au prieuré Sainte Marie, à la croisée des chemins.
Au retour des vêpres, à l'heure des chats gris,
il croise trois enfants en guenilles, affamés.

N'écoutant que sa foi, Aldebert les invite en sa demeure.
C'est autour d'un bol de soupe et d'une tourte au cantal
qu'ils feront la connaissance de notre vieil alchimiste.
Ils s'appellent Victor, Camille et Clotilde, la plus agée.

Ils passeront la nuit sur une épaisse paillasse de foin
bienvenue en ces temps d'errance vagabonde et de peur.
Les obscures sentes ne sont pas sûres loin s'en faut.
Ils resteront la semaine puis s'en iront, sans prévenir.

C'est à l'aube qu'Aldbert découvre cette baguette
posée là, volontairement sur la table monastique.
Ce cadeau du jeune trio en guise de remerciement
sèmera dans son esprit le trouble et la confusion.

Durant quelques années il étudiera la magie avec passion.
Quelques jours plus tard, dans le bourg de Rocqueronde,
Aldebert, contera l'histoire à son ami le bourrelier.
Ainsi naquit de sa bouche la légende des trois petiots.

C'est une fine branche coudée, fatiguée par le temps
dont la magie ne se révèle qu'à l'homme de foi.
On peut y voir le visage barbu d'un guerrier casqué
sculpté en bas-relief au milieu des nœuds de bois.

Âme : trois saphirs
Arcane de papier
Magnétite.