vigtete03b.jpg
baguettess.jpg
ageus.jpg
ageus.jpg

Petite chronique Auvergnate
venue du fin fond du Moyen-Âge ...
Un vieil alchimiste un peu fou,
une soirée de retrouvailles
et une visite impromptue.
Agéus nous transporte céans
aux abords de l'éternité.

titre-r-P1120064
titre-r-P1120064

press to zoom
r-P1120082
r-P1120082

press to zoom
r-P1120072
r-P1120072

press to zoom
titre-r-P1120064
titre-r-P1120064

press to zoom
1/9

Agéus

Voici l'histoire d'un enfant nommé Agéus.
Né un jour de l'an dans une famille d'alchimistes
à l'époque où la pratique est encore coutumière
et où les forêts sont peuplées de farfadets ...
Agéus est un garçon plutôt timide,
secret, au verbe spirituel et philosophe.
Le visage allongé, les cheveux roux bouclés 
le nez comme un i et des yeux presque blancs
font de lui l'étrange garçon que ses copains
surnomment l'ange.
Vers l'âge de vingt ans il rencontre Clothilde
alors serveuse à l'Auberge de Pierrebille.
Ensemble ils trouveront asile à Cistrières
dans le grand manoir qui surplombe la combe.
C'est ici que naîtront Lyse et Mathia
sous l'œil bienséant du maire et de la paroisse.
Agéus passe ses jours à transmuter le plomb
bouillir la craie et cuire des fleurs de marguerite
pour distiller son fameux élixir de jouvence.
Avançant dans l'âge il devient estimé
de ses confrères hermétiques et astrologues.
Entre autre pour ses écrits sur le temps.
Et les années passent. Agéus vieillit
les rides arrivent, les cheveux blanchissent
le geste devient incertain et le pas plus lent.
Et ce malgré son élixir miracle, dit de " jouvence "
qui toutefois, sans rendre l'homme immortel
ajoute de fait quelques coudées à la vie.
D'ailleurs cela fait preuve auprès de ses clients.
Nombreux sont ceux qui ont passé la centaine
et Agéus aura bientôt cent trente cinq ans !
Nous sommes en janvier le froid pique les joues
le ciel est bas, cotonneux, nappé de lumière.
Aujourd'hui c'est le rendez-vous annuel à Pierrebille
où se retrouvent le temps de la soirée
alchimistes, astrologues, docteurs et maîtres.
Verre de claret ou de cervoise à la main,
face à la grande cheminée où mijote la potée
ils trinquent à l'an neuf et à leur retrouvailles
quand un visiteur tardif cogne au carreau. 
Tombée du ciel, une étrange vieille femme
engoncée dans sa cape, capuche enneigée
fait irruption céans et laisse porte béante !
Ce qui s'appelle jeter un froid ...
Aussitôt elle se tourne vers Agéus
qui, déconcerté fait un pas en arrière.
- Suis-moi ! dit-elle en lui prenant la main.
À peine le temps d'enfiler sa fourrure 
qu'ils sont déjà dehors dans la brume.
Au croisement des deux routes
il gèle à pierre fendre, le silence est épais
et la neige tombe très lentement, très légère
comme suspendue dans l'air.
" Tiens prends ceci. Dit-elle 
en sortant de sa robe une baguette de bois.
Son âge dépasse sans doute le siècle
et ses yeux qui roulent dans tous les sens
lui donnent l'air d'avoir perdu la raison.
Surnommée " Fanefollette " la fée de Marchaud
elle est estimée par tout le village comme folle.
La lune qui filtre à travers les nuages
ajoute au tableau une pointe de féerie.
L'esplanade en est baignée de lumière bleutée,
on y voit comme à l'aube, un matin de brouillard.
- Qu'est ceci ? lui demande-t-il l'œil rond.
- Une relique, un outil fort précieux
qui te permettra se poursuivre ta quête
autant d'années qu'il te faudra.
Mais qui êtes-vous ? Ânonne-t-il sans voix.
- Regarde. Sur cet instrument il y a trois figures :
le vénérable, l'homme et l'enfant,
explique-t-elle sérieuse.
Voici son secret :
Souviens-toi d'un jour passé,
n'importe lequel, un jour heureux,
un jour blanc ou un grand jour dit-elle
en prenant la main de Agéus.
Dans le ciel les flocons se sont arrêtés
comme suspendus par des fils invisibles.
Puis elle reprend.
- Quand tu auras retrouvé souvenance 
et que l'image te reviendra en tête,
frotte le doigt sur un des trois visages.
- Et qu'arrivera-t-il ensuite ?
demande Agéus plus curieux qu'inquiet.
- En te remémorant l'instant, poursuit-t-elle,
tu seras aussitôt transporté ce jour-là
dans ton corps de ce jour-là.
Souffle-t-elle dans une bouffée de vapeur.
Puis elle reprend en fredonnant.
" Laisse le temps prendre un autre chemin.
Pars dans un souvenir et reviens aujourd'hui.
Repars pour un autre et ne reviens pas. "
Puis elle disparaît au loin, dans la nuit bleue
sous d'improbables flocons.

Âme : Cendres
Fer magnétique.