vigtete03b.jpg
baguettess.jpg
mortebranche.jpg
mortebranche.jpg

Une sortie en forêt par grand vent
des cèpes et des chanterelles,
et une étrange rencontre ...

1280-titre
1280-titre

press to zoom
1280-def03
1280-def03

press to zoom
1280-def08
1280-def08

press to zoom
1280-titre
1280-titre

press to zoom
1/8

Mortebranche

Lors d'une balade aux girolles en forêt de St-Germain,
alors que je descends vers le ruisseau de la combe,
le vent se lève brusquement bousculant les cimes.
Prémisses d'une tempête qui s'annonce mauvaise.
Dans le grincement sourd des troncs écorchés
les grands arbres se tordent et s'entrechoquent.
Le temps est gris, froid et un tantinet pluvieux.
Dans la gigue des mélèzes et sapins centenaires
des éclats d'écorce et des fragments de bois
virevoltent dans l'air avant de choir au sol.
Gare aux épinettes et pommes de pin qui volent !
En bas du sentier qui aboutit à l'ancien tumulus
apparaît devant moi un étrange petit bonhomme.
Tellement petit que même les fougères du talus
le dépassent d'une tête. Il a une drôle d'allure.

opt-lutin2.jpg

Barbu jusqu'au nombril portant bonnet de laine
cape de bure et chausses pointues,
il se présente à moi comme le lutin de Malpertuis,
un petit hameau situé plus haut dans la montagne.
Il me dit s'appeler Porogos et habiter les ruines de Berny
le manoir abandonné, délaissé au siècle dernier.
M'approchant de lui, je m'aperçois qu'il est blessé.
Le bougre a l'air mal en point, du sang coule de son nez
et il a l'air sonné comme pris de vertiges.
M'asseyant sur un rocher moussu près de lui
j'examine sa plaie, peu profonde mais quand même.
Estafilade sur le haut du crâne et vilaine bosse
ne sont point gravissimes mais font fort couler le sang.
Nous bavardons pendant que je fouille ma besace
à la recherche de la trousse de secours
que je n'ai cette fois pas oublié. Une chance.
Un coton humecté d'alcool et un bandage feront l'affaire.
Alors que je serre la bande velpeau autour de son crâne
Il m'apprend tout de go d'une voix ronde et calme
qu'il fait partie de ce que l'on nomme le petit peuple ...
Le peuple des gnômes, des fées et des elfes du Forez.
Faisant mine de rien, comme si cela devait être naturel
je ne montre ni surprise ni ne pose questions importunes
qui pour autant me démangent la langue.
L'œil vert et malicieux, le sourire au coin des lèvres
il reprend ses esprits, se relève et me remercie.
Avant qu'il s'en aille, je lui laisserai un bandage propre
la boîte de pansements et le flacon d'eau oxygénée.
Je vois alors dans son regard comme un éclat de joie
et sur un ton plaisantin il me dit que Dame Nature
me rendra la monnaie pour mon geste bienveillant.
Sur ce Porogos l'improbable lutin aux socques pointues
tourne les talons et s'enfonce dans le bois ...
Du coup dans la tourmente de l'orage qui pointe
je décide d'abréger ma petite cueillette
et tantôt désorienté de rentrer à demeure.
Ai-je eu la berlue ? Qui est ce personnage
tout droit sorti d'un conte moyenâgeux ?
Ne le saurai-je jamais ?
Mais de fait, sur le chemin du retour,
en pleine tempête et la tête dans les épaules,
tombe à mes pieds cette étonnante branche.
Voilà donc la monnaie de ma pièce ...
Un don de la nature avec un bien curieux pouvoir ...
Au soir, à l'observer au coin de la cheminée
je lui donnerai le surnom de "mortebranche".
Depuis ce jour, chaque fois que je vais à Malpertuis
ramasser chanterelles et pieds de moutons
je rentre à Losfonds le panier débordant.


Âme : Citrine
Fer magnétique.