vigtete03b.jpg
vigtete04a.jpg

Cette branche vient des hauts alpages
au temps des transhumances, début 1900.
Il fait grand beau par delà des cimes.
Le berger Barnabé possède un cheval,
un petit cheval des champs, tout tacheté.
Ce qui est singulier, c'est qu'il l'a dressé
pour garder ses moutons ... ce à quoi,
Diégo, oreilles dressées, semble s'amuser.
Partout dans les villages alentour,
on connaît Barnabé et Diégo !
Ici, à la fontaine du bourg, chez le boulanger,
là, chez " Dudule " pour y boire un canon.
Puis il disparaît vers les sommets verdoyants.
C'est un homme creusé par une vie austère,
au front buriné de soleil, le nez anguleux,
qui parle à l'oiseau, à l'arbre et aux fleurs.

C'est de fait un sentiment d'omniprésence
que procure la nature et qui transperce l'âme.
Explorant l'Alchimie à l'heure des grands froids,
il découvre une journée de fortes neiges
comment confiner la magie dans du bois ...
Mais un jour Diégo mourut.
Barnabé qui pratique l'enchantement
depuis l'enfance, fit cette baguette.
Deux têtes y sont sculptées,
une biche aux oreilles d'Anubis
et un bouc aux cornes pointues.
Outre le pouvoir de guider le troupeau
et de le laisser sous sa bonne garde,
elle éloigne le serpent, chasse le scorpion,
dévie les averses et souffle les nuages.
Âme : crin du cheval " Diégo ".
Magnétite.