vigtete03b.jpg
vigtete04a.jpg

Son unique porteur fut Gustave d'Ault,
magicien et conteur aux temps des goélettes.
Alors jeune marin, il descend des falaises
pour faire les cent pas sur la plage aux galets.
L'escalier est abrupt, de rocs et de ciment.
Sur la dernière marche, il voit cette baguette
posée négligemment en travers du chemin.
Quelques temps après, l'histoire raconte
qu'il fait la connaissance d'une belle sirène
nommée de fait "crevette", tant elle est mince.
Au bistrot du port, aux heures tardives,
le godet à la main, il y fait souvent allusion.
Elle lui aurait appris l'enchantement,
l'incantation et la bonne manière.

Cette baguette aux chants hypnotiques
fait gonfler la voile, guidant la chaloupe
aux grands bancs d'aiglefins, bise en poupe.
Elle subjugue et envoûte, commande aux éléments.
Nous sommes en 1817 quand Gustave s'éteint.
elle est alors transmise de mains en mains,
de pères en fils, de filles en mères,
puis offerte enfin à la confrérie des Gnômes.
Elle vient s'ajouter à leur prodigieuse collection.
Tout se dit tout se tait, murmures et confidences.
Âme en dentallium et magnétite.
Au secret de papier, nul n'est tenu.
"Sirène ne meurt pas. Pieuvres et baleines.
Phare d'eckmühl et coques de noix."

siren-opt.jpg