top of page
vigtete03b.jpg
baguettess.jpg

Le Puy-en-Velay, quinzième siècle.
Une porte oubliée dans le quartier des dentellières,
une porte dérobée à l'angle d'un vieux mur
et une porte qui mène dans un autre monde...
Voilà le vertige, le frisson de conscience...
Pour peu qu'on ait la clef...

Gentiane

Il fut un temps où l'écriture était considérée
comme sacrée et empreinte de magie.
Quelques traits de silex à l'entrée d'une grotte

dessinent et invoquent l'animal sacrifié.
Depuis les runes jusqu'aux caractères cunéiformes,
seuls les érudits, druides, astrologues ou devins
connaissaient la clef des symboles.
L'un d'eux dont le patronyme perdure encore
s'appelait Basile Valentin, alchimiste bénédictin.
Basile passait ses journées à observer la nature
comme on détaille le visage d'un ami.
Tout lui semblait merveilleusement avenant.
Il avait l'œil philosophe, le verbe facile
et le regard profond de celui qui choie la vérité.
Il aimait à fondre l'antimoine, le plomb et l'or.
Il gravait à l'eau forte et pressait à la feuille
son ouvrage " les douze clefs de philosophie "
qui parut en 1600 dans l'édition germanique.
Un expert en chimie et poète à ses heures.
Il disait que les hautes forêts chantent le vent,
que le ruisseau susurre ses flots, filant les galets
et que le tonnerre qui gronde derrière la colline
n'annonce pas forcément une vilaine tempête...
Nous sommes fin octobre, les prés sont fauchés,
le ciel est facétieux et ça tonne dans le lointain.
Pas un sifflet de serin, pas de chat aux aguets
l'air est lourd comme avant l'orage...
Dans la citadelle du Puy-en-Velay
se dresse une bâtisse imposante et trapue
cernée à chaque coin d'une tour carrée.
C'est ici la légendaire Académie de la magie.
Elle siège entre deux mondes, et ce, au même endroit.
Visible pour les uns, invisible pour les autres.
Seule une porte voussée dans un mur contigu
ouvre le passage, pour peu qu'on ait la clef...
Gentiane est Auvergnate, d'un âge vénérable.
À presque cent ans c'est la doyenne de l'Académie.
Son immense savoir force le respect et l'admiration. 
Ses paroles clairvoyantes et ses fins traits d'esprit
mènent souvent l'interlocuteur aux grandes questions.
Ce soir, à la lumière tremblante des candélabres
Gentiane vient présenter un outil fort intrigant.
Ses cheveux blancs coiffés en chignon effiloché
et son allure lui donnent l'air d'avoir vingt ans.
Les yeux vairons, l'un bleu, l'autre vert de gris
colorent son visage d'une teinte éthérée.
C'est un instrument relevant d'une ancienne croyance
qui lui fut cédé par Hector, son grand-père voyageur
ainsi que des livres et des manuscrits illisibles.
D'après ce que disait Hector, peu avant qu'il s'en aille, 
il appartenait au fameux Basile Valentin
qui, à cette époque exerçait le métier d'épistolier,
calligraphe à la plume et graveur de talent.
Gentiane, debout sur l'estrade, présente l'instrument
provoquant chuchotements et bruits de fauteuils.
Sur le pupitre face à elle, un rouleau de parchemin
déroule sa robe de papier jusqu'à ses pieds.
Un manuscrit enluminé de fines gravures 
qui, selon Hector, était de la main de Basile.
L'étonnant outil, selon elle, envoûterait l'écriture
comme si l'encre pensait en coulant sur la feuille.
À lire et à entendre ces mots incompréhensibles,
ce qui tombe sous le sens, telle une vérité,
révèle au lecteur le reflet de lui-même.
C'est l'alchimie entre la lettre et la parole...
Car il lui faudra rendre l'écho de sa voix,
puis la faire s'échapper de la feuille de papier
à la manière d'un oiseau qui s'envole...
À cet instant, Gentiane, d'un geste léger,
saisit l'instrument et désigne le manuscrit
posé à cheval sur le bord du lutrin.
Aussitôt la feuille touchée de la pointe
un silence de plomb s'abat sur l'assemblée.
Ensuite, comme un toussement, une respiration,
une voix se fait entendre, claire et fluide.
Puis la voix portante comme dans une cathédrale
entame la lecture de l'écriture improbable !
Les oreilles se tendent et les yeux s'écarquillent.
Ouïr le verbe qui enchante et le fin mot de l'histoire
poussera l'auditeur aux abords du vertige.
Car un soupir, un retour à la ligne, une phrase entendue
peut faire basculer l'évidence dans la grande lumière
et révéler la vérité qui se cache au fond de soi...
Tout autour de Gentiane les spectateurs défaillent.
Dodelinant la tête dans tous les sens, yeux clos,
chacun entendra cette voix qui bouscule les âmes.
Chacun recevra le message, la réponse tant attendue
et chacun saura enfin ce que l'encre pense !
Si bien qu'au point final, après la dernière virgule,
le parchemin s'enroulera soudain sur lui même
comme pour clore la discussion.

Âme : cristal d'Améthyste de la mine de Pégut.
Fer magnétique.

bottom of page